• Rencontre avec l'écriture

                J’avais neuf ans quand on m’avait offert mon premier journal intime. C’était un petit carnet à la couverture rouge et douce, avec en haut au centre, écrits en lettres dorées, deux petits mots qui me faisaient rêver : « Journal Intime ».

                Le soir même, j’avais ouvert le carnet, pris mon plus beau stylo et j’avais entrepris, concentrée, de coucher sur le papier ma modeste journée.

                « Cher journal,

                C’est mon anniversaire, aujourd’hui. On est venu avec un paquet cadeau, un tout petit paquet, que je me suis empressée de déchirer, les yeux brillants d’excitation. Et je t’ai découvert, toi, cher journal, mon nouvel ami, mon confident. Nul cadeau ne m’aurait davantage fait plaisir. Je t’aime déjà !

                Bisous, Agathe. »

                Et chaque soir, je recommençais ce rituel, racontant inlassablement mes pensées, mes états d’âmes, aussi modestes et sots fussent-ils. Néanmoins, en grandissant, je me lassais peu à peu de ce rituel. Je me sentais trop grande pour simplement raconter ma vie dans un petit carnet, cela ne m’intéressait plus. Alors, avec un petit pincement au cœur, je rangeai le petit carnet au fond de mon armoire.

                Cela faisait six mois que je n’avais plus écrit quand je l’avais retrouvé, sous une pile de vêtements usés. Il était là, toujours aussi merveilleux à mes yeux, malgré mes pattes de mouche sans intérêt qui noircissaient les premières pages. Mais que pouvais-je bien écrire d’autre, sinon mon quotidien ? Qu’avais-je à dire d’intéressant, moi, une enfant de dix ans ? J’avais fixé longuement la pièce, jusqu’à ce que mon regard rencontre l’étagère où étaient rangés quelques contes qu’on me lisait autrefois, avant de m’endormir.

                C’était ainsi que j’avais commencé à écrire des contes, de plus en plus élaborés, avant toujours plus de passion.

               Je m’amusais tellement plus qu’en racontant ma vie ! Je me sentais quelqu’un d’autre, je me croyais la princesse très belle et sans défense, le dragon, malheureux et esseulé, et le preux chevalier, vantard et stupide. Chacun prenait vie sous ma plume, et se confondait peu à peu avec moi-même.

                Je venais de découvrir un bonheur qui me parut absolu. Grâce à l’écriture, je devenais qui je souhaitais être, je dilapidais des parcelles de mon âme dans chacun de mes personnages. La valse des mots nous unissait, et bientôt, nous ne faisions plus qu’un.

                C’est ainsi que j’avais embrassé l’écriture, pour ne plus la quitter. L’écriture était devenue ma thérapie, une fois adolescente. Grâce à elle, j’oubliais ma propre vie, mon échec scolaire, les disputes de mes parents, ma solitude au collège puis au lycée...

                Je créais un monde meilleur, le monde dans lequel j’aurais souhaité vivre, un monde de liberté absolue, d’amour, et de tolérance.

     

                Aujourd’hui j’ai trente-deux ans, et toi, ma fille, tu en as désormais neuf. J’espère qu’en écrivant sur les pages de ce carnet, ta vie changera cette année, comme elle a changé pour moi il y a vingt-trois ans déjà. Et j’ai espoir que tu ne m’en veuilles pas d’avoir débuté ton journal par ce petit souvenir de mon enfance.

                Bon anniversaire, mon adorable fille.

                Que l’écriture te guide, quand j’en serais incapable, qu’elle sèche tes larmes, quand ton chagrin sera trop fort, et qu’elle te fasse rêver, quand la réalité sera trop dure.

                Avec tout mon amour, ta maman.

     

    © Gwénaëlle Collin, All Rights Reserved

    « La ferme des animaux, George Orwell#Citation 8 »

  • Commentaires

    14
    Jeudi 30 Octobre 2014 à 17:58

    De rien ;)

    13
    Mercredi 29 Octobre 2014 à 22:34

    Merci !

    12
    Mercredi 29 Octobre 2014 à 11:58

    C'est tellement beau et agréable à lire ! x)

    11
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 18:29

    Merci encore :)

    10
    Samedi 30 Août 2014 à 16:11

    C'est vraiment un très beau texte. Il est touchant et agréable à lire. Court mais bien développé, je trouve.

    9
    Mardi 19 Août 2014 à 11:34

    Merci vous deux !

    8
    Mardi 19 Août 2014 à 11:30

    Ce texte est super!

    7
    Lundi 18 Août 2014 à 22:32

    Je ne sais pas quoi dire d'autre à pars que c'est magnifique! Extrêmement beau... J'aime beaucoup ton style d'écriture :)

    6
    Dimanche 17 Août 2014 à 19:14

    Waouh merci, ça me touche vraiment qu'il vous plaise autant :)

    5
    Dimanche 17 Août 2014 à 19:13

    Ouah j'adore ce texte ! Il est magnifique *.* J'ai l'impression de me revoir plus petite ;') Bref j'adore vraiment celui-là :)

    4
    Dimanche 17 Août 2014 à 14:40

    De rien :) Franchement, je pense que tu as vraiment de bonnes chances de te classer, même si je n'ai pas lu d'autres participations !

    3
    Dimanche 17 Août 2014 à 14:27

    Merci beaucoup vous deux, ça me fait très plaisir, et ça me donne de l'espoir pour le concours. Et merci d'être venu lire aussi vite *-*

    2
    Dimanche 17 Août 2014 à 12:44
    J'ai vraiment beaucoup aimé... le début, j'ai cru que c'était une biographie jusqu'à ce qu'on voit écrit "Agathe". Sinon, très beau texte, bien aéré. Comme d'habitude, je n'ai pas fait attention au temps, quand je lis, je lis ! Bonne continuation !
    1
    Dimanche 17 Août 2014 à 12:33

    C'est... magnifique ! Je n'ai pas d'autre mot et rien d'autre à dire, si ce n'est que c'est vraiment beau et touchant.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :